Volltext: Les micro-états européens

LA CONSTRUCTION HISTORIQUE DES MICRO-ÉTATS EUROPÉENS 
Schellenberg et de Vaduz, qui élevées au rang de Principauté d’Empire par l’Empereur 
Charles VI de Habsbourg ($1), deviennent autonomes au sein de la Confédération du Rhin 
sous l’influence de Napoléon Bonaparte ($2). 
$1 Aux origines du Liechtenstein (1696-1815) 
72. L’endettement des comtes de Hohenems et l’impopularité de ces derniers auprès de leurs 
sujets contraignent l’Empereur Charles VI de Habsbourg à les déposséder et à vendre les deux 
seigneuries de Shellenberg et Vaduz (A). Les deux cessions qui interviennent successivement 
permettent aux Princes de Liechtenstein d’en faire acquisition et d’entrer à la diète impériale 
(B). 
A. Les seigneuries de Schellenberg et Vaduz 
73. L’endettement des seigneurs de Schellenberg et Vaduz. — Il est difficile de déterminer 
si à l’origine le Liechtenstein est une terre helvétique ou autrichienne. Tantôt autrichien en 
étant rattaché au comté de Bregenz, tantôt helvétique en étant incorporé au comté de 
Werdenberg-Sargans, c’est en 1342 qu’est créé le comté de Vaduz, et en 1350 la seigneurie 
235 
de Schellenberg””’. En 1507, le dernier descendant des barons de Brandis, Johann, vend ses 
droits sur les territoires de Schellenberg et Vaduz a son neveu de Souabe, Rudolf de Sulz””. 
Par cet acte, les deux comtés sortent du système féodal suisse pour passer dans le système 
237 
d 
féodal allemand”°’. A la fin de la guerre de trente ans, les comtes de Hohenems””“, seigneurs 
de Schellenberg et Vaduz, sont ruinés et leurs sujets se plaignent des impôts harassants qu’ils 
doivent acquitter pour réduire leurs dettes” 
. Les deux seigneuries sont administrées par un 
Bailli dit « Landvogt”“’ » qui protège les pauvres, les orphelins et assure la sauvegarde des 
libertés et des coutumes locales. 
74. Les deux seigneuries sous administration impériale. — Suite à un mal-être installé et 
pour tenir compte des récriminations de l’ensemble de la population, une 
  
735 SANGUIN (A.-L.), Le Liechtenstein…, op. cit. p. 428. 
76 ZURLINDEN (H.), Liechtenstein und die Schweiz, (these), Bern, Verlag Paul Haupt, 1931, p. 3. 
#7 RATON (P.), Le Liechtenstein, Histoire et institutions, Librairie DROZ, Genève, 1967, p. 19. 
#8 En 1613, le dernier des Sulz n’a pas d’héritier mâle, il marie sa fille à Gaspard de Hohenems et lui vend ses 
deux seigneuries. 
79 KLINGER (T.). « Évaluer les seigneuries de la noblesse austro-bohême à l’époque moderne : l’exemple de la 
famille colloredo », R.H.E.S., 26° année, 2007, p. 60. 
% Un vogt de l'ancien Haut Allemand, également voigt ou voight ou Landvoigt ou Fauth, dans le Saint Empire 
Romain Germanique était le titre allemand d'un préfet ou d'un avocat, principalement un seigneur (le plus 
souvent de la noblesse) exerçant la tutelle ou la protection de l'armée ainsi que la justice séculière (Blutgericht) 
sur un territoire donné. Le territoire ou la zone de responsabilité d'un Vogt est appelé un Vogtei. 
64
	        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzerin, sehr geehrter Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.