Herausgeber:
Sonstige universitäre Einrichtungen
Erscheinungsjahr:
2015
PURL:
https://www.eliechtensteinensia.li/viewer/object/000386030/184/
LA SOUVERAINETÉ INTERNE DES MICRO-ÉTATS EUROPÉENS 
267. L'organisation constitutionnelle de l’État de la Cité du Vatican. — Toute 
l’organisation de l’État de la Cité du Vatican repose sur le Pape, évêque de Rome, successeur 
de Saint-Pierre est Chef d’État. Son élection dite pontificale répond aux exigences définies 
par la constitution apostolique Universi Dominici Gregis du 22 février 1996 qui réglemente la 
procédure à suivre à la mort d'un pape (ou sa démission) jusqu'à l'élection du Pape suivant. Le 
Vatican étant une monarchie absolue les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire reviennent 
constitutionnellement au Pape pendant toute la durée de son ministère : « Le Souverain 
Pontife, souverain de l'État de la Cité du Vatican, a la plénitude des pouvoirs législatif 
exécutif et judiciaire »”". Dans la pratique, le Pape n’exerce pas ses trois pouvoirs car il les 
délègue à d’autres autorités. Le pouvoir exécutif est exercé par un gouvernement dont 1l 
nomme les membres'”. Le pouvoir législatif est délégué à une commission pontificale qui a 
pour principale attribution l’élaboration des textes’. La présidence du gouvernement revient 
au cardinal président de la commission pontificale. Cette double présidence permet une 
complémentarité entre les deux institutions et montre un fonctionnement institutionnel proche 
de celui d’une administration, bien loin des systèmes institutionnels classiques qui mettent en 
place des contrepouvoirs. En ce qui concerne le pouvoir judiciaire, il revient au Pape qui 
nomme les magistrats et dont l’exercice est fait en toute indépendance’’*. Depuis 
l’instauration de la loi du 21 novembre 1987, un dualisme juridictionnel strict existe entre 
autorités spirituelles et autorités temporelles” 
. Les tribunaux temporels sont : le tribunal de 
première instance, la Cour d’appel et la Cour de Cassation. Cette organisation administrative 
de la Cité du Vatican est une preuve supplémentaire de l’existence d’une autorité exécutive au 
Vatican. L’État de la Cité du Vatican étant rattaché au culte de l’Église, il est compréhensible 
qu’aucun mécanisme de démocratie n’ait été adopté. Le fonctionnement du Vatican 
s’apparentant à celui d’une administration, aucune référence à l’idée de nation n’existe dans la 
loi fondamentale du 26 novembre 2000. Sa qualité de monarchie absolue et les spécificités 
attachées à la personne du Pape fondent sa souveraineté pontificale. 
268. Des cinq micro-États européens, le Vatican est de loin celui dont la souveraineté est la 
plus complexe. Sans le traité de Latran qui crée l’État de la cité du Vatican, le Vatican 
n’aurait pas pu être considéré comme un Etat. Son autorité exécutive repose intégralement sur 
  
TL, fond. vat., 26 nov. 2000, art. 1° al. 1°. 
7? L. N.CCCLXXXIV, 16 juill. 2002, sur le gouvernement de la Cité du Vatican, art. 2. 
75 L. fond. vat., 26 nov. 2000, art. 5, al. 1°. 
74 Ibid, art. 15. 
75 L. N.CXIX, 21 nov. 1987, sur le pouvoir judiciaire. 
184
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.